Voir les photos (3)

Merris Village Charmant

Visites de ville à Merris
  • D’une superficie de 1009 ha et regroupant un peu plus de 1000 habitants, Merris est délimité par deux axes routiers très fréquentés : au nord, par le tronçon Hazebrouck-Bailleul (l’ancienne N42) et à l’ouest, par l’ancienne voie romaine Cassel-Estaires. La proximité de ces axes surprend, car elle contraste avec la quiétude et le calme du bourg.Située sur le talus bordier qui marque la rupture entre les Monts de Flandre et la plaine de la Lys, la silhouette de lacommune est visible de très...
    D’une superficie de 1009 ha et regroupant un peu plus de 1000 habitants, Merris est délimité par deux axes routiers très fréquentés : au nord, par le tronçon Hazebrouck-Bailleul (l’ancienne N42) et à l’ouest, par l’ancienne voie romaine Cassel-Estaires. La proximité de ces axes surprend, car elle contraste avec la quiétude et le calme du bourg.Située sur le talus bordier qui marque la rupture entre les Monts de Flandre et la plaine de la Lys, la silhouette de lacommune est visible de très loin : l’église et l’internat familial se distinguent à plusieurs kilomètres du coeur du village.Cette rupture géographique est d’ailleurs particulièrement perceptible au niveau de la Breenack Straete, qui présenteun dénivelé sur quelques dizaines de mètres.S’il est difficile de savoir à quand remontent les origines de Merris, il est par contre certain que c’est la Première Guerremondiale qui a dessiné le village tel qu’il est aujourd’hui. Merris était situé à proximité immédiate du noeud ferroviairequ’était Hazebrouck, c’était donc un lieu stratégique pour les Allemands qui ont régulièrement bombardé le secteur.En avril 1918, les troupes allemandes et anglaises se sont affrontées sur le territoire merrisien, n’y laissant que desruines. La Reconstruction, qui prit une bonne dizaine d’années, ne s’est pas faite à l’identique de ce qui existaitavant la guerre, mais de façon créative et homogène, ce qui fait de Merris un très bel ambassadeur du patrimoine de laReconstruction post-Première Guerre mondiale.La commune est aussi fière d’être l’une des rares dans laquelle la tradition de la dentelle perdure. Une école (leRelais de la Dentelle), en pleine campagne merrisienne, dispense toujours des formations à cette technique qui a faitla renommée de la Flandre ; elle participe ainsi au maintien d’un patrimoine et d’un savoir-faire menacés